Recherches à propos de l'accordage "stretché" 1/2

Écrit par Matthieu. Publié dans Blog.

Un accordage est dit « stretché » quand celui-ci est distribué de sorte que chaque intervalle et octave soit plus grand que 100 cents ou 1200 cents. Les notes graves sont généralement accordées plus basses et les notes aigues plus hautes.

accordage stretché

1 - Cette problématique d’accordage était initialement prise en compte par les accordeurs de piano. Lorsqu’une note est jouée sur un instrument à cordes, des composantes sont produites en même temps mais pour des raisons physiques, elles ne sont pas complètement harmoniques et sont dites inharmoniques. L’accordeur de piano utilise donc son savoir et son oreille pour corriger cet effet et faire en sorte que les intervalles entre les notes gardent leur cohérence en réalisant un accordage « stretché ». Il ne pourra pas corriger tous les battements générés par les multiples inharmoniques mais recherchera une progression douce de ces intervalles « stretchés » pour que l’accordage final soit cohérent et musical.

2 - Toujours au niveau d’un piano, l’accordeur peut aussi rechercher à avoir des quintes sans battement sur toute la tessiture. Il réalise pour cela un accordage dit à « tempérament égal à quintes justes ». Il découle de cette technique un rapport entre octaves de 2,003875 au lieu de 2 car elles sont agrandies de 1/7e de comma pythagoricien. L’accordage devient « stretché » dans ce cas aussi. http://fr.wikipedia.org/wiki/Temp%C3%A9rament_%C3%A9gal_%C3%A0_quintes_justes

3 - Une autre raison justifiant un accordage « stretché » est d’adapter l’instrument de musique au lieu et à son utilisation. Pour un concert solo de piano, le musicien peut souhaiter donner un effet plus brillant aux notes aigues et aussi avoir des basses plus « sonores ».

4 - Au-delà des règles physiques régissant les instruments à corde et leur usage, l’accordage « stretché » peut avoir un autre rôle qui intéresse tous les musiciens et acousticiens.

Nos oreilles et notre cerveau évaluent la hauteur d’un son (pitch) de façon subjective. Nous ressentons que les notes aigues sonnent « flat » et que les notes basses sonnent « sharp ».

Un phénomène psycho-acoustique fait par exemple que nous percevons des tonalités justes en dessous de 500Hz puis de façon différente au-delà de 500Hz. Des recherches sur cette notion peuvent se faire à partir d’ici : http://en.wikipedia.org/wiki/Mel_scale

 

Il existe peut-être d'autres raisons justifiant l'usage de cette technique d'accordage (tout ajout ou correction est bienvenu). Contrairement aux l'accordeurs de piano, les accordeurs de Steelpan et autres Handpan peuvent contrôler les harmoniques de chaque note. Ils peuvent donc utiliser les accordages "stretchés" pour les raisons psycho-acoustiques des points 3 et 4. La suite des recherches concerne les rapports entre les courbes dessinées pour stretcher l'accordage et les effets perçus qui en résultent...

Nouvelles Printanières

Écrit par Delphine. Publié dans Blog.

Après quelques temps sans avoir donné de nouvelles, nous voilà repartis avec des coques de forme plus conventionnelle et moins difficile à exploiter. Les différences de courbure avaient créé des anomalies au niveau du bord extérieur de certaines notes, rendant l'accordage compliqué et instable. Alors que Matthieu travaille dur sur la fabrication d'outillage, voici la toute dernière coque à laquelle je me suis essayée. Etant encore dans l'apprentissage pur, j'ai choisi une gamme parmi celles qui existent déjà. On aura tout le temps de se concentrer sur ces questions un peu plus tard Complice

Tout comme nos essais aux formes irrégulières d'il y a quelques mois, cette coque m'enseigne beaucoup.

Ce n'était pas gagné d'avance : peu de sustain, brouillon... difficile de placer les composantes.
Puis on gagne en sustain et en justesse. Pour la première fois, les fréquences se placent correctement les unes par rapport aux autres. La pratique confirme enfin la théorie. La symétrie de la note grâce à son jeu de tensions, sa solidité, son sustain, sa puissance... tout est lié. Quand tout cela arrive au bon équilibre, la différence se fait nettement sentir. La difficulté étant aussi de maintenir cet équilibre tout en travaillant les notes voisines.

Une fois sur ma lancée, j'ai retravaillé notre tout premier instrument, - Entrée en matière -

{http://soundcloud.com/shellopan/goonkali-revival}

 

Le travail se poursuit

Écrit par Delphine. Publié dans Blog.

Nous sommes actuellement dans une sorte de redémarrage à zéro au niveau des instruments. Enfin, pas exactement... Les tentatives passées nous ayant appris de nombreuses choses sur ce qu'il fallait ou ne fallait pas faire, nous sommes arrivés à un stade où, pour continuer à progresser, nous devons repartir sur une nouvelle base. Nouvelle forme de coques, nouvelle taille, nouvelles techniques... nous allons déterminer ce qu'il sera bon de modifier. La conception de l'outillage prend du temps, mais nous ferons en sorte de vous tenir informés de l'avancement.

Pour en revenir au salon auquel nous avons participé mi-novembre, ce fut une riche expérience où nous avons pu avoir les retours et sensations de personnes étrangères à ce type d'instrument. Quatre jours pendant lesquels on s'est retrouvés par la force des choses en "représentation". De quoi se rendre compte de la facilité à captiver les gens avec une simple feuille de métal qui sonne. De quoi se rendre compte également de l'importance de la méfiance et du discernement à un niveau plus personnel.

Une chose est sûre, quatre jours consécutifs nous ont amplement suffi. Sourire

Accordage des coquillages en cours

Écrit par Matthieu. Publié dans Blog.

Juste deux petites vidéos pour présenter nos travaux de ce jour :

(enregistrement audio/video iphone 4s - ajustement des niveaux audio à 0dB)

Les techniques du carrossier

Écrit par Delphine. Publié dans Blog.

C'est au détour d'un concert, au beau milieu de l'atelier de carrosserie H.H. que nous avons découvert ce métier et rencontré Hubert et Paul, bien connus dans le monde de la carrosserie d'art et de la réfection de prestigieuses voitures anciennes. Nous avons décidé de collaborer pour découvrir leurs techniques en matière de formage de la tôle, et voir ce qui pourrait en être obtenu après nos travaux d'accordage. Nous avons exploré divers outils et méthodes (emboutissage au maillet, roue anglaise) et aussi une machine ancienne du nom de Pfister. Nous avons ainsi pu réaliser ensemble quatre coques aux formes de coquillage. Paul a ensuite mis son savoir-faire au service de la confection de cerclages adaptés à ces formes inhabituelles.

Suite à cette association, Hubert nous a invité à exposer au salon "Résonance(s)" les prototypes que nous auront réussi à obtenir avec leurs techniques, aux côtés de leurs autres créations.

Site web réalisé par la coopérative Shellopan